L’insuffisance rénale chez le chat

Chat avec insuffisance rénaleL’insuffisance rénale est une maladie assez dangereuse qui est provoquée par la mauvais fonctionnement des reins chez le chat. Elle existe sous deux formes, aigue et chronique, qui doivent toutes les deux êtres traitées pour assurer de meilleures conditions de vie et une longévité plus importante pour le félin.

Cause: Très nombreuses
Contagion: Non
Vaccination possible: Non

L’insuffisance rénale aigue du chat

Cette forme de maladie peut toucher les félins de tous les âges. Elle survient brusquement et elle est souvent temporaire, mais elle s’avère très dangereuse pour la santé d’un chat.

Les causes

La première cause est la glomulonéphrite, une inflammation des petits filtres qui se situent dans les reins. C’est une affection très fréquente même chez le jeune chat adulte, qui provoque un développement lent ou rapide de la maladie,

Diverses infections d’origines microbiennes peuvent également être responsables d’une insuffisance dite « aigue ». Parmi celles-ci, on note par exemple la néphrite interstitielle aigue et la pyélonéphrite.

Les symptômes

L’abattement et la perte d’appétit sont deux symptômes très communs lorsqu’un chat souffre d’insuffisance rénale. Ils sont suivis de diarrhée, de vomissements et de difficultés à uriner. Souvent, il arrêtera de faire sa toilette et sa démarche sera plus hésitante.

Il est important de réagir dès que les symptômes sont identifiés. N’hésitez pas à appeler un professionnel si vous êtes dans le doute!

Comment traiter la maladie?

Le premier objectif du traitement sera d’éliminer la cause de cette insuffisance aigue. Ensuite, des médicaments diurétiques pourraient être donnés à votre chat pour l’aider à éliminer rapidement les toxines qui se sont accumulées à cause de la maladie. Parallèlement, on cherchera à éliminer les vomissements et la diarrhée, qui affaiblissent le chat et nuisent à son rétablissement.

L’insuffisance rénale chronique du chat

Contrairement à la première forme, l’insuffisance rénale chronique est une maladie dégénérative, qui affecte très lentement le fonctionnement du rein. Son dépistage en est bien plus difficile puisqu’un chat peut être atteint pendant longtemps avant que les dégâts soient suffisamment importants pour être identifiés.

Les causes

Notons que cette forme se développe principalement chez les chats âgés; c’est d’ailleurs une de leurs principales causes de décès.

La glomulonéphrite peut aussi être une cause d’insuffisance rénale chronique. Les calculs urinaires, soit la présence de petits cailloux dans le rein, débouchent éventuellement vers un trouble chronique comme le chat a plus de difficulté à évacuer l’urine (et donc évacuer les toxines qui s’accumulent en lui).

L’apparition de tumeurs rénales peut aussi nuire à leur fonctionnement et provoquer une insuffisance chronique, tout comme les maladies vasculaires. L’hypertension ainsi que les troubles de coagulation peuvent en effet causer des dégâts irréversibles aux reins.

Enfin, il faut spécifier qu’une foule d’autres facteurs peuvent entrer en considération, d’où l’importance d’en discuter avec votre vétérinaire afin de déterminer ce qui a vraiment pu intervenir. Certains médicaments peuvent causer des dégâts aux reins, alors que certaines insuffisances n’ont tout simplement aucune cause identifiable! On dit alors qu’elles sont idiopathiques.

Les symptômes

Un chat touché est généralement apathique, c’est-à-dire qu’il manque d’énergie et qu’il en perd même l’appétit. Par contre, il consomme beaucoup plus d’eau qu’à l’habitude, il urine davantage, se met à vomir et à perdre du poids.

Les symptômes évoluent sur une période de plusieurs mois, voire de plusieurs années. Votre chat peut aussi présenter de la diarrhée, des ulcères au niveau de la gueule, une hypersalivation et de la mauvaise haleine.

Lorsque le taux d’urée dans le sang deviendra encore plus élevé, l’hypertension, l’anémie et des dégâts à l’œil peuvent survenir, de même que certains dégâts neurologiues!

Comment traiter la maladie?

Comme les fonctions rénales se détruisent progressivement, il n’est pas possible qu’ils recommencent à fonctionner aussi bien qu’au début. Les traitements permettront plutôt de compenser le déficit rénal et d’améliorer la qualité de vie du chat pendant les années qu’il lui reste.

Votre vétérinaire pourrait vous recommander un changement d’alimentation pour réduire sa teneur en composés azotés, en protéines, en sels et en phosphates, qui doivent être évacuées dans l’urine après la digestion. Ces diètes ne fonctionnent pas toujours car leur goût n’est pas très intéressant pour le chat.

On peut aussi offrir certains médicaments au félin, notamment pour stimuler son appétit ou limiter le vomissement. La fluidothérapie peut aussi être utilisée.

En conclusion, les traitements plus avancés comme la dialyse et la greffe de rein peuvent techniquement être viables, mais ils sont extrêmement dispendieux et peu d’hôpitaux vétérinaires sont équipés pour les réaliser.